retour au concert
OLAF GUSTAFFSON NOUS PARLE DE TNUGDALL, LE BARDE SCALDE !
Qui sont-ils ? Une bande de Norvégiens, Johanniterorden i Norge, dont le chanteur, un certain frère Tnugdall se qualifiait lui-même de barde scalde. Cet illuminé grave égayait depuis déjà un certain temps la scène rock nordique par ses excentricités notoires dont la moindre n'était pas sa manie de donner impromptu des interviews en latin...

« L'un des plus groupes les plus étranges de la scène rock scandinave reste sans conteste Johanniterorden i Norge, avec son leader charismatique, qui se qualifiait lui-même de "barde scalde", le fameux frère Tnugdall. TnugdallMais écoutons plutôt leur guitariste, Olaf Gustaffson, évoquer le mystérieux personnage qui, je vous le rappelle, semble avoir disparu dans des circonstances toujours non élucidées alors même que nous retransmettions en direct le festival Rock en Xaintrie...
 Olaf, d'abord merci encore d'être venu nous rejoindre en cabine. Vous nous disiez hors-antenne que Tnugdall était un individu décalé...
 - Yeah, man, décalé, c'est sûr, fucking Tnug...
 - Pourtant, vous ne semblez pas surpris outre mesure par cette... ahem, volatilisation pour le moins spectaculaire.
 - Bâh, c'est bien dans son genre... D'ailleurs, notre premier rencontre a eu lieu à l'improviste, dans la neige, en pleine nuit entre Nes et Honefoss, sur la route au bord du lac...
 - Incroyable ! Racontez-nous cela... Disque Johanniter  - Ben, je sortais de chez moi -- c'est à Landsenden, un petit patelin au nord-ouest d'Oslo. Je devais rejoindre mes potes : on avait prévu une séance en studio pour préparer notre deuxième album, celui qui...
 - D'accord, mais revenons en plutôt à cette étonnante rencontre avec frère Tnugdall...
 - Yeah, étonnante... Un type hagard qui surgit en gesticulant devant mon capot... Il portait une espèce de robe de bure, genre moine médiéval, see what I mean ?
 - Oui, oui, tout à fait...
 - Bref, v'là ce zigue qui tombe de nulle part. Je pile sec, j'avais failli l'écraser, le con et quand je baisse ma vitre pour lui demander ce qu'il fout dans ce trou paumé, v'là qu'il se met à me haranguer en latin... ! J'te jure que c'était du latin, man !
 - En effet, c'est pour le moins déroutant. Mais Olaf, comment ce personnage étrange et quasiment tombé du ciel...
 - T'l'as dit, man, tombé du ciel...
 - ... a-t-il réussi à s'intégrer si vite à votre groupe pour y faire la carrière que l'on sait ?
 - Ben, c'est qu'à l'époque, on n'avait pas encore un line-up définitif, on venait de virer notre premier chanteur, une espèce de petite tapette qui collait pas trop avec l'esprit du groupe...
 - ... Ahem...
 - Enfin, bref, on se demandait même si on allait pas devoir boucler un mini-album instrumental... rapport au contrat avec notre producteur et la maison de disques, tout ça...
 - Oui, oui, bien sûr, mais pour en revenir à Tnugdall...
 - Ça va, man, j'explique... Bref, quand il a vu que j'entravais pas grand-chose à son latin, même si je suis pas débile, faut pas croire, hein ! Avec nos textes, l'a bien fallu se taper tous ces putains de vieux grimoires à la gomme...
 - Rappelons en effet à nos spectateurs que votre formation s'est fait une spécialité du death-metal gothique...
 - Pas gothique, man, médiéval, nuance, merde !
 - Pardon.. mais je vous demandais : comment Tnugdall s'est-il intégré à...
 - Ben, il avait, comment dire, une espèce d'aura... ouais, une putain d'aura... j'me l'explique pas autrement.
 - Pouvez-vous être plus explicite ?


Le sigle mystérieux
^


- Parfois, on aurait cru qu'il décollait du réel.. c'est d'ailleurs à ces moments qu'il se remettait à dégoiser en latin de cuisine ou en espèce de bas-saxon... comme s'il était possédé...
 - Bigre... Et j'imagine qu'il ne faut pas chercher plus loin l'origine du jeu de scène qui a fait la réputation du groupe...
 - Ouaip, mais à vrai dire, c'était plus qu'un putain de jeu...
 - Comment cela, Olaf ?
 - Ben déjà, il nous faisait détoner plutôt sur la scène death norvégienne. Ouais, on peut même dire qu'on faisait tache...
 - Vous n'étiez plus vraiment dans la mouvance sataniste ? - Arrête, man, on l'a jamais été : on fait du death, pas du black... merde, ces journaleux, i sont vraiment nazes... Cela dit, c'est vrai qu'on était comme qui dirait passés sur un autre plan de réalité. Tout ça à cause de ce fondu de Tnug...
 - Dites-nous en plus...
Disque Johanniter Join
 - Ben, pendant que des connards se la jouaient rétro années 90, avec messes noires, sacrifices et tout le tremblement...
 - J'imagine que vous faites allusion à ces groupes soupçonnés à l'époque d'incendier des églises, voire de se livrer à des meurtres rituels ?
 - Ouais. Des fucking shitheads qui ont fini par s'entretuer ! Mais nous, même si  Tnug affirmait comprendre et excuser leurs réactions, on a toujours su préserver l'esprit du death, avec une approche, merde, chais pas moi, plus mystique...
 - Bigre...
 - Yeah, man. Et tout ça, j'te l'dis, grâce à frère Tnugdall. Selon lui, l'Église qu'il voyait n'était pas celle de la vraie foi, car elle avait laissé le Malin et ses oeuvres pervertir le monde...
 - En bref, et si tant est qu'on parvienne à décrypter son message pour le moins fumeux, Tnugdall aurait défendu, selon vous, le retour à une hypothétique vraie foi des origines. Voilà en effet un point de vue pour le moins inédit pour une rock-star...
 - Shit, man, si jamais il revient, le père Tnug, t'avise pas de le traiter de rock-star, j'te jure qu'il va pas apprécier... »

Extrait d'une interview d'Olaf Gustaffson, courtesy of MickeySoft®
et SpielLuXs®
pour la diffusion internationale. ©  mai 2013 VivaMix/MTC®

cette page
© 2000 Jean Bonnefoy & Gérard Briais
Pour en savoir plus, lisez
LA FORTERESSE DE MÉTAL
chez RIVAGES-FANTASY

Accueil|Les auteurs|Retour au concert|Interview de G-J|Son groupe, Mob&dicK|L'extrait d'un titre inédit
^